Pourquoi nous choisir ?

Créé et géré par un infirmier libéral depuis 2005.
Trophée de l'infirmière libérale en 2013.
Simplifier le quotidien des professionnels de santé libéraux.
Au service des patients, des libéraux et de leur liberté d'exercice.
Faciliter les mises en relation pertinentes.

CONTACT
  • Adresse: Meny Wise
    La Lande, 46 600 Gignac
  • Téléphone: 05 65 32 68 16
  • Email: manuel@meny-wise.fr

La clef garantie du succès et de la reconnaissance au travail

La clef garantie du succès et de la reconnaissance au travail - Blog Meny Wise

Comment être reconnu pour ce que l'on fait ?

Bonjour à tous, dans ce nouvel article, nous allons aborder ensemble un point crucial des attentes des membres du club privé et des personnes qui bénéficient des séances de coaching proposé aux professionnels de santé libéraux.

Vous êtes nombreux à consulter le site, les réseaux sociaux à la recherche de réponse, le plus souvent suite à ce que vous décrivez comme un échec personnel dû au manque de reconnaissance de votre travail.

J’ai envie de refaire le coup de la bonne et la mauvaise nouvelle, que je vais essayer de limiter par la suite en considérant que vous vous serez approprié cette notion.

La bonne nouvelle, c’est que si vous êtes à la recherche de réponses, de solutions, c’est que vous avez pris conscience de l’absolu nécessité de vous remettre en question.

La mauvaise nouvelle, c’est que vous avez attendu d’être au pied du mur ou confronté à l’échec pour réagir plutôt que d’anticiper.

Rassurez-vous c’est un mécanisme naturel normal de tenter ses propres expériences par soi-même et heureusement.

Pour changer mes habitudes, le titre de cet article se veut légèrement racoleur mais vraiment très peu, car d’ici quelques minutes, je vous garantie que vous découvrirez véritablement la clef du succès et de la reconnaissance.

Si vous le voulez bien, commençons d'abord par quelques définitions pour nous assurer que nous utilisons bien les mêmes mots pour définir les mêmes concepts.

Redéfinissons ce que peut être le succès.

Selon le Larousse, par définition, le succès est un résultat heureux obtenu en récompense de certains efforts produits.

Mais qu’est ce qu’un résultat ?

C’est la conséquence positive obtenue en agissant dans un but défini.

Les articles du blog ont pour vocation d’aborder succinctement certains sujets qui peuvent être développer de manière plus poussée dans les livres blancs.

Si vous avez des difficultés à définir vos objectifs, je vous invite à télécharger le livre blanc : définir et atteindre mes objectifs.

Maintenant, qu’est ce que la reconnaissance ?

La reconnaissance est l’action d’admettre comme vraie, réelle ou légitime un objet, une action, un travail.

Si vous avez commencé la lecture de ce blog dans l’ordre chronologique proposé par la rubrique &laquo Par ou commencer », vous avez probablement pris connaissance des aspirations des différentes générations au travail ainsi que les 4 types de personnalités.

Dans ce cas, il vous semblera évident que nous n’avons pas tous les mêmes aspirations, attentes envers nous même et nos interlocuteurs.

Si vous arrivez sur le site dans un ordre aléatoire, ou une recherche depuis un moteur, je vous invite à découvrir la chronologie des articles proposée sur la page : &laquo Par ou commencer ».

Pour vous proposer un cheminement logique d’article en article, vous permettre de retrouver la porte d’entrée du blog en cas d’arrivée fortuite sur un article, j’ai moi-même dû m’imposer de respecter cette clef du succès en vous proposant par exemple cette longue introduction.


Pourquoi utiliser une clef ?

Comme indiqué en début d’introduction, j’imagine que si vous êtes arrivé sur un article qui traite de la clef du succès et de la reconnaissance pour des professionnels de santé libéraux, c’est que vous avez au minimum un projet professionnel auquel vous consacrez une partie de votre temps et de vos ressources. Que ce soit pour le lancer, le faire progresser ...

Selon nos profils théoriques, nous avons constaté que certains pouvaient être désorganisés en se contentant de butiner au jour le jour à la recherche de relation épanouie et de contacts humains.

Quand d’autres, dépourvus d’ambition démesurée et de l’appât du gain, recherchent stabilité et sécurité.

Que dire des aspirations au travail, qui évoluent au fil des génération ?

Malgré la différence de nos motivations, de ce qui nous poussent à agir, nous avons tous vocation à mettre en place des projets et leurs consacrer notre temps, notre énergie, notre motivation, nos ressources.

Par définition, les projets sont un ensemble d’activités organisées en phases ou étapes qui forment l’unité de gestion permettant la réalisation d’un objectif défini et précis.

Le projet est un objectif extraordinaire (au sens littéral du mot) qui combine cinq aspects :

  • Fonctionnel : réponse à un besoin
  • Technique : respect des spécifications et des contraintes de mise en œuvre
  • Organisationnel : respect d’un mode de fonctionnement
  • Délais : respect des échéances
  • Coûts : respect du budget

Différentes écoles proposent de résumer la méthodologie qui permet d’atteindre le résultat attendu, pourtant elles s’accordent toutes pour résumer un projet en une opération ponctuelle ayant un début et une fin, nécessitant la mise en oeuvre de ressources humaines et matérielles pour sa réalisation.

Même si il est ponctuel, un projet peut durer dans le temps, il devient alors une vision à long terme qui nécessite d’amasser des ressources à moyen terme en continuant d’exister à court terme.

Nous entrons directement dans le vif du succès.

Pour ceux qui n’aurait pas compris, le succès et la reconnaissance sont des projets à part entière, pour lesquels si vous souhaitez obtenir des résultats, vous devrez produire des efforts.

En professionnel respecté et respectable, j’ose imaginer que vous n’appréciez pas plus que moi, gaspiller vos ressources, votre temps, votre énergie, votre motivation.

Selon votre profil, il existe différentes formes de succès, limiter les gaspillages peut ne pas faire parti de vos attentes.

Toutefois, tous les projets repose sur un triangle formé par les trois sommets que sont :

  • La qualité : spécification, critères mesurables, fonctions, fiabilité, …
  • Le coût : les ressources nécessaires, leurs prix, leurs coûts d’acquisition
  • Le délai : un projet est toujours défini en fonction du temps, une heure, un jour, un mois, une année, le projet d’une vie

Comme j’ai plaisir à le rappeler depuis que j’ai réussi à le mettre par écrit, l’état d’esprit d’un cabinet libéral est une « entreprise » (un projet) dont l’objectif est de mettre en place un processus visant à être répété pour apporter un service de qualité répondant aux désirs ou besoins d’autres individus. Ce service s’effectue dans le respect de la facturation en vigueur et d’une manière, il satisfait les attentes, besoins et valeurs en dégageant des bénéfices suffisants pour maintenir et poursuivre une activité pérenne capable de faire face à ses charges et impôts.

  • Sans la qualité, ni reconnaissance, ni succès, c’est la fin.
  • Sans la maîtrise des coûts, que ce soit pour vous rémunérer, financer les acquisitions, les charges et les impôts, c’est la fin.
  • Sans la maîtrise des délais, vous serez dans l’incapacité de faire face à vos obligations, c’est la fin.

Pour être couronné de succès et obtenir la reconnaissance de vos interlocuteurs, vous devez adopter une gestion de projet, qui est la démarche visant à organiser de bout en bout le bon déroulement de votre projet.

Le déroulement d’un projet comprend généralement différentes phases ou processus :

  • Lancement du projet
  • Mise en place de l’infrastructure du projet et des outils de suivi
  • Réalisation du projet
  • Contrôle / Surveillance
  • Clôture du projet

Dès le lancement du projet il est indispensable de mettre en place les différents outils permettant de piloter le projet tout au long de sa durée de vie, afin d’en assurer le succès ou de préconiser son éventuel abandon.


Qu’est ce qu’une clef ?

Rassurez-vous, loin de moi l’idée de faire appel au Larousse pour vous aider à définir ce qu’est une clef. Ou pas finalement !

Une clef est un objet ou une méthode qui permet d’accéder à quelque chose, de résoudre ou comprendre une énigme.

Si ce n’est pas déjà fait, vous découvrirez au fil de mes articles que je fais très régulièrement appel aux théorie d’Abraham Maslow qui nous dit que la clef la plus importante en toute chose est de prendre conscience.

Tant que l'Homme n'est pas confrontés à un problème, il est inconscient de son incompétence.

Malheureusement, à cette théorie s’ajoute inexorablement celle d’Hermann Ebbinghaus qui nous explique dès 1885 dans sa théorie de la courbe de l’oubli que tout apprentissage qui n’est pas répété fini par être oublié plus ou moins rapidement.

Encore une fois, il existe des dizaines d’école de pensées, des courants philosophiques et des centaines de méthodes de gestion de projet ou de qualité.

Selon moi l’important ne réside pas tant dans le choix d’une méthode que dans votre capacité à prendre conscience des réflexions et des actions que vous devez mener pour mobiliser vos ressources dans le triangle :

  • QCD (Qualité – Coût – Délai),
  • GDP (Gestion de projet)
  • GDT (gestion du temps)

sur lesquels nous reviendrons dans quelques articles.

Au sein du club privé et lors de mes séances de coaching, j’utilise la roue de Deming – PDCA – comme clef du succès et de la reconnaissance.


Comment l’utiliser ?

Wikipedia nous apprend que la roue de Deming, est une illustration de la méthode qualité PDCA pour Plan Do Check Act.

Son nom vient du statisticien William Edwards Deming.

Ce dernier n’a pas inventé le principe du PDCA (la paternité en revient à Walter A. Shewhart), mais il l’a popularisé dans les années 1950 en présentant cet outil à l’organisation patronale japonaise.

La roue de Deming est un moyen mnémotechnique qui permet de repérer avec simplicité les étapes à suivre pour améliorer la qualité d’un projet.

Qui va à l’opposé des éternels « Oui, mais on a toujours fait comme ça ! » Réponse des adeptes du PDCA dans sa version Please Don’t Change Anything (« Merci de ne rien changer »).

La méthode comporte quatre étapes, chacune entraînant l’autre, et vise à établir un cercle vertueux.

Le simple fait de se souvenir de son nom, permet de prendre conscience qu’il manque une étape ou au contraire nous permet d’anticiper.

Sa mise en place vise une amélioration constante et permanente.

Du fait que cette méthode est dite fractale (comme les poupées russes ou poupées gigognes) qui s’imbriquent les uns dans les autres.

Chaque étape pouvant faire appel à une roue de Deming PDCA pour être conduite avec succès. Il est possible d’imbriquer plusieurs roue de deming à chaque étape d’une roue de Deming.

  • P = Plan – Planifier ce qui doit être fait
  • D = Do – Développer le projet et le mettre en œuvre
  • C = Check – Contrôler, mesurer, vérifier
  • A = Act – Agir, ajuster, décider, améliorer, corriger

La première phase dite phase préparatoire Plan (de l’anglais « planifier ») consiste à planifier la réalisation, en mettant par écrit tout les éléments qui peuvent être identifiés, anticipés, les critères de quantité, de qualité, de temps, le coût des ressources, leurs délais d’acheminement, de renouvellement …

De nombreuses autres méthodes peuvent être employées pour réussir cette étape avec plus ou moins de réussite.

Puisque la roue de Deming à vocation de tourner pour se répéter et qu’elle s’appelle elle-même comme méthode fractale, il est tout à fait possible de réaliser des actions et des ajustements dans la phase préparatoire (c’est même fortement recommandé).

La phase suivante Do (de l’anglais « faire ») est la construction, la réalisation, le moment ou l’on passe à l’action en donnant le meilleur de soi-même pour atteindre les objectifs en tenant compte des critères fixés (Qualité, Coûts, Délais). Cette étape évolue à chaque tour de roue pour améliorer en augmentant la qualité et en diminuant les délais et les coûts.

Dans un premier temps, on ambitionne d’abord de réussir à passer à l’action puis la recherche des critères d’amélioration avant d’envisager la perfection puis l’efficience (diminution des délais et des coûts) à chaque nouvel étape.

La phase suivante Check (de l’anglais « vérifier ») consiste à contrôler que le travail (Do) correspond bien à ce qui était prévu (Plan). Cette étape utilise des moyens de contrôle divers, tels que les indicateurs de performance, le suivi du gaspillage …

Enfin la dernière phase Act (de l’anglais « Agir ») consiste à ajuster en recherchant les points dit de frottements et les axes d’améliorations.

Avant d’envisager un nouveau tour de roue, qui sera en fait un nouveau projet avec ses critères de qualité, de coûts et ses nouveaux délais, il est primordial d’envisager le problème sous un nouvel angle.

Quand le projet en cours devient un nouveau projet.

Un tour de roue supplémentaire consistera à poursuivre le projet ce qui en soit est un nouveau projet, puisque les délais impartis au premier sont terminés, les étapes à atteindre ont été atteinte.

L’étape la plus souvent oubliée par les professionnels de santé libéraux qui roulent et roulent et continuent de rouler parfois depuis des années sans relever la tête du guidon, c’est la phase de clôture du projet.

Puisque certain projet comme le libéral sont des roues sans fin, il est possible d’enchaîner les phases sans plus jamais savoir à quel étape on est.

Les critères de succès deviennent complètement flous, les indicateurs et les marges d’erreurs finissent par être complètement oubliées.

D’une part, pour éviter de « revenir en arrière », il est capital de se représenter une cale sous la roue qui l’empêche de redescendre sur son axe d’amélioration qui symbolise par exemple les temps nécessaires pour faire une pause, un break et se récompenser du travail bien fait.

Comme nous l’avons dit il y a quelques instants avec les théories de Maslow et d’Ebbinghaus, l’inconscience dans le travail et l’oubli arrive bien plus vite qu’on ne le croit.

L’un de mes mentors Québécois à cette expression magnifique pour imager cette perte de compétence.

Il demande souvent dans ses conférences le niveau d’expérience et de compétence des professionnels qui lui répondent qu’ils ont 5, 10, 15, 20 ans d’expérience.

Puis il leur demande, combien de temps ils ont mis pour apprendre ce qu’ils doivent connaitre de leur pratique professionnelle.

La réponse de la plupart des gens est qu’ils ont mis un à deux ans pour atteindre leur niveau de compétences !

Ce qui signifie qu’ils possèdent non pas 10, 20 ou 30 ans d’expérience, mais 5 fois, 10 fois … 2 ans d’expérience qu’ils n’ont pour la plupart jamais remis en question.

Pour exemple, en libéral, seulement 15 % des infirmières suivent la formation continue obligatoire au moins une fois tous les 2 ans (source OGDPC 2015).

Ce qui fait que 85 % des professionnels pratiquent avec une expérience non remise en cause depuis plus de 2 ans !

Dans le même temps, 62 % des professionnels estiment être en burn out ou en épuisement professionnel et le taux de suicide chez les professionnels de santé libéraux atteints jusqu’à 14 % selon le contexte quand il est de « seulement » 4 % dans la population générale.

Si on considère qu'il n'existe aucune formation pour devenir « libéral » dans sa composante : « chef d'entreprise » on peut rapidement imaginer que n'importe qui peut devenir libéral en faisant n'importe quoi, n'importe comment.

Entre faire la promotion de la productivité, la quête de l’absolue performance et conserver suffisamment de lucidité pour identifier, mettre en place des critères de succès, de qualité, évaluer ses coûts de fonctionnement et les délais d’approvisionnement, de régénération de ses ressources, il y a tout un monde.


Quand le projet en cours doit être clôturé ? !

Je suis régulièrement confronté à des collègues au bout du rouleau, tellement épuisé(e), anéanti(e) qui ne possèdent plus la moindre ressource qu’elles n’ont pas su constater le point de non retour.

Elles (ils) ont enchaîné les tours de roue en dépassant le moment ou il faut savoir dire stop et mettre fin à un projet avant de faire un nouveau tour de roue !


Quand le projet en cours doit être récompensé ? !

A défaut de reconnaissance, il appartient à chacun(e) de nous de savourer le succès et la réussite accomplie à chaque tour de roue.

Quelle que soit l’échéance choisi :

  • Une tournée du matin rondement menée – une pause – une récompense
  • Une journée bien ficelée – une pause – une récompense
  • Une semaine bien gérée – une pause – une récompense
  • Un mois bien orchestré – une pause – une récompense
  • Une année de gagnée – une pause – une récompense

Il nous reste un article à aborder avant de nous pencher sur les notions de gestion du temps, toutefois, vous l’aurez compris, la clef du succès et donc de la reconnaissance passe par la capacité de s’aménager des pauses pour faire le point sur ses ressources, ses coûts de fonctionnement et sa gestion des délais.

Cette étape est basique de par sa composante individuelle.

Il est fort probable que la lecture de cet article vous laisse sur votre faim en me disant :

Oui mais, Manu, quand j'évoque, la reconnaissance, j'attends que ce soit l'autre qui reconnaisse mon travail !


Allons plus loin ensemble

Même si, j’en conviens, la gestion de projet est un succès complexe et la mise en place d’une politique qualité est un vaste domaine pour des cabinets libéraux, j’ai tendance à dire que pour éviter les pièges les plus courants, il faut respecter les fondamentaux de certains domaines.

Cette approche simpliste de la gestion de projet et de la démarche qualité devrait vous permettre d’identifier les failles dans votre raisonnement, vos actions, votre quotidien.

  • mes habitudes,
  • mes attitudes,
  • mes aptitudes

Cernons nos propres imperfections et les incompréhensions que nous insérons dans notre quotidien, nos idées, nos projets, pour plus de succès et de reconnaissance. Alors nous pourrons passer au niveau supérieur et entrer dans la complexité d'une approche collective, le regard de l'autre et ce qu'il nous renvoie.

Voici donc quelques nouvelles pistes, j’imagine que vous aurez plaisir à essayer de détecter vos opposants bienfaiteurs parmi vos interlocuteurs, collègues, amis, voisins, petits neveux …

Merci infiniment de vous être donné la peine de lire cet article.

Je vous invite à poursuivre votre lecture avec l’article sur les 8 formes d’intelligence.

Vos échanges, commentaires, réactions, corrections sont attendus avec grand plaisir dans les commentaires ou sur les réseaux sociaux, selon les outils propres à vos habitudes.

Débutant 18 Qualité 1 Reconnaissance 1

Soyez le premier à commenter cet article.

Me connecter pour publier un commentaire